Démontons ou confirmons les idées reçues

Vous en avez entendu des vertes et des pas mûres au sujet de Bitcoin ? Moi aussi !
C’est un système complexe nécessitant quelques heures d’approfondissement (au moins) pour commencer à comprendre son fonctionnement et son intérêt. Certains ne s’en donnent pas la peine et se permettent tout de même d’avoir un avis, ou pire, une analyse.
Ne leur en voulons pas, les médias traditionnels sombres eux-mêmes dans la facilité quand il s’agit de Bitcoin. Le grand public ne fait alors que relayer tout un tas de fausses affirmations.
Normalement, l’exploration de ce site aura balayé certains clichés, mais revenons quand même sur les idées reçues les plus tenaces !

Le Bitcoin est la mère des cryptomonnaies :

OUI – Même si ce n’est pas la première créée, c’est la première cryptomonnaie dont le système est le plus abouti et fiable. Elle existe depuis 2009 et n’a jamais été corrompu ni égalée. C’est aussi celle qui à le plus vocation à être un moyen de paiement. En effet, nombreux tokens* sont émis lors d’ICO dont le but est de financer un projet ou de participer à une gouvernance (un peu comme des actions). Il existe actuellement près de 3000 “cryptomonnaies” différentes plus ou moins actives.
* Token : littéralement “jeton”. Nombreuses “cryptomonnaies” n’en sont pas vraiment. Comme précisé ce sont plutôt des jetons numériques permettant un financement ou afin de participer consensus de Preuve d’Enjeu.

Le Bitcoin a été créé par des trafiquants de drogue pour être anonymes :

NON – C’est absolument faux. La plus navrante des idées reçues sur le Bitcoin. Le système a été créé par un individu ou groupement d’individus dont les motivations étaient la création d’une monnaie non étatique, sécurisée, résistante à la censure. Donc il s’agit plutôt de gens préoccupés par l’omniprésence de l’état et du système bancaire qu’autre chose. De plus, les transactions sont tracées (rappel sur la blockchain ici). Donc contrairement à une autre idée reçue, les transactions sur le réseau Bitcoin ne sont pas anonymes mais pseudonymes.

Le Bitcoin facilite le financement du terrorisme :

NON – Le bitcoin, comme tout système monétaire peut être utilisé pour le terrorisme, mais en aucun cas il ne le facilite ! Si vous avez parcouru ce site, vous aurez compris que différentes identifications sont nécessaires afin de récupérer ses fonds. Les cellules anti-terroristes sont de plus en plus formées aux investigations des flux monétaires liés au terrorisme et notamment aux cryptomonnaies. Donc, NON, bitcoin ne facilite pas le financement du terrorisme, j’oserais même dire qu’il le rend plus difficile et risqué…

Le Bitcoin pollue énormément :

OUI MAIS – Cette affirmation est à mettre en balance avec la consommation énergétique du système bancaire. Nous l’avons vu, le système de Preuve de Travail est, par principe, énergivore. Rappelons que la philosophie fondamentale du Bitcoin est de limiter (voire supprimer) le système bancaire. Imaginez un avion prévu pour embarquer 3x plus de passagers que le plus gros existant et polluant 1.5x plus. Les détracteurs vous diront qu’il est plus polluant or l’impact par passager est moindre. C’est un peu la même chose avec Bitcoin.
Par ailleurs, rappelez-vous que le but d’un mineur est d’être compétitif. Les sociétés de minage ont donc tout intérêt à se rapprocher des énergies renouvelables, notamment hydroliques, afin de bénéficier d’un coût d’électricité faible.

Le Bitcoin, c’est du vent, ça repose sur rien !

NON – Là aussi, en matière d’idées reçues sur le Bitcoin on est gâté. La monnaie bitcoin repose sur un code très ingénieux la rendant sécurisée, incensurable et rare. Ce sont les fondements de Bitcoin. A l’heure actuelle et ce depuis 1971*, nos monnaies ayant cours légal comme l’€ ne reposent que sur la confiance qui leur est accordée. Les manipulations des états et des banques centrales n’en font pas des monnaies saines.
Bitcoin, en revanche, en possède toute les qualités : les mêmes qualités que l’or.
En effet, bitcoin est considéré comme une monnaie dure car difficile à produire. Tout l’oppose aux monnaies faciles (telles que le dollar et l’euro) qui perdent de leur pouvoir d’achat fil du temps et donc, ne peuvent plus être qualifiée de réserves de valeur.
*Voir cette page et la question : Quand je vais au distributeur, je retire des billets, mais Bitcoin ce n’est pas que du vent ?

Le Bitcoin, c’est que de la bourse !

Si ce n’est le fait que cette phrase ne veut pas dire grand chose, on en comprend l’idée. Malheureusement, le bitcoin fait encore l’objet de fortes spéculations, rendant sont utilisation en tant que monnaie d’échange stable compliquée. Ceci est grandement du à la jeunesse de cette monnaie, rappelons que le 1er BTC a été miné en 2009. Plus le bitcoin prendra de la valeur et plus sa capitalisation sera important, diluant ainsi les spéculations. L’euro est soumis tous les jours à d’innombrables “trades” mais sa masse est telle qu’ils restent impalpables et n’affectent pas son cours. Rassurons-nous aussi, plus la crypto-sphère se développe et plus il y a de cryptomonnaies qui sont extrêmement volatiles et dont les traders sont friands !

Le Bitcoin ca monte et ça descend ! Impossible d’investir !

C’est un peu vrai mais surtout FAUX – On rentre là dans une des idées reçues sur le Bitcoin qui arrange beaucoup celui qui le gère. Ca sent la mauvaise expérience de débutant. Explications :
Si j’investis dans Bitcoin sans en connaître les fondamentaux, je vais forcément être motivé par mes émotions. Le risque d’être régi par la peur est grand lorsque le cours semble chuter. La crainte de perdre mon investissement incite à vendre pour ne pas perdre d’avantage. Je vends, je vois le cours remonter, je rachète et je suis finalement à contre courant de la logique élémentaire : acheter bas, vendre haut (ou conserver en ce qui concerne bitcoin).
Les fondamentaux nous montrent que tout est aligné de manière logique pour que la valeur du BTC ne fasse que grimper malgré des périodes de baisse et l’histoire nous donne raison.
Je vous laisse observer la courbe du Bitcoin selon l’échelle logarithmique. A vous de juger :

Le jeu : choisissez une date marquante de votre vie, une somme investie ce jour là et voyez combien vous auriez aujourd’hui 🙂

C’est trop cher, j’ai pas les moyens d’en acheter !

FAUX : le bitcoin est divisible jusqu’à la 8ème décimale (on appelle ça un Satoshi “SAT”). Aujourd’hui, au prix de 27000 € pour 1 BTC, un SAT vaut donc 0.00027 euros. Il est donc possible de se constituer une épargne en bitcoin en achetant de petites fractions à la hauteur de ses moyens.

La variante : c’est trop cher, trop tard pour en acheter maintenant

FAUX : n’ayez pas peur de rater le train, bitcoin a de beaux jours devant lui. Les prévisions les plus raisonnables le voient à 100 000 $ d’ici 5 ans, d’autres à plus d’un million et les plus optimistes pensent même qu’un jour il aura une valeur inestimable tant sa rareté et son attrait seront importants.
Autre point important que nous avons développé précédement sur cette page, il est indispensable aujourd’hui de se créer une réserve de valeur afin de se protéger de l’inflation : le bitcoin vous permettra au moins de conserver votre patrimoine à sa juste valeur et au mieux d’en voir cette valeur augmenter.

D’autres idées reçues sur le bitcoin ? N’hésitez pas à me les soumettre : tsb-contact@pm.me